Et si nous laissions au temps le temps ? 

Et si nous acceptions que certaines choses ne soient jamais ni terminées ni parfaites ? Est-ce que la pression que nous nous mettons à réussir, à parvenir, baisserait ? Est-ce que c’est utile de s’impatienter quand les choses prennent du temps? Parce qu’au bout du compte, ça prend toujours le temps que ça prend. Et souvent on n’a pas le contrôle.

Hier, j’ai eu ce rappel de deux sources TRÈS différentes.

Le premier, via un vieux monsieur que je vois depuis des années.
Il est parfois sur son vélo.
Parfois en train de le pousser. Je le vois sur la route près de ma maison, au milieu de la campagne, en direction le village. Parfois sur le retour.
Hier j’ai vu qu’il venait de bien plus loin.
Je crois que ça lui prend la journée de faire l’aller-retour.
En fait, j’ai réalisé que ça lui prend le temps que ça lui prend : tous les jours, il va au village et il rentre chez lui.

Le second, via Lynne Twist, qui a consacré sa vie à travailler contre la faim et la pauvreté . Elle est l’auteure de « L’âme de l’argent ».
Dans une interview, elle disait que « tout le monde n’a pas besoin de s’investir dans un projet plus grand que soi, mais qu’il y avait quelque chose de très LIBÉRATEUR à œuvrer pour une cause en sachant pertinemment que ça ne serait jamais fini, qu’on n’en verrait pas l’aboutissement de notre vivant. »

Ce en quoi elle nous rappelle que le voyage est l’objectif. Que faire de son mieux aujourd’hui suffit.
Et ça doit suffire, puisque c’est tout ce qu’on peut.

Notre tâche, c’est trouver le plaisir et la joie dans ce que nous faisons aujourd’hui.
Terminé ou pas.
Parfait ou pas.

Ça, c’est accepter que « ça prend le temps que ça prend ». C’est aussi accepter que nous pouvons prendre notre temps. Que tout le temps à notre disposition est bien le nôtre et que nous pouvons l’utiliser lentement ou vite, mais sans culpabilité.

C’est un message diamétralement opposé aux diktats éducatifs et sociétaux.

C’est le travail que nous devons faire pour nous reconnecter à notre vraie nature et réellement profiter de notre vie. C’est le travail vers la sérénité. 

Catégories : RéflexionTemps

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.