Ça vous arrive de penser que vous avez besoin de plus de temps « pour vous » ?

Vous vous êtes déjà demandé ce que ça voulait dire : du « temps pour soi » ?

Parce que notre temps, il est à nous, non ?

100% de notre temps est à nous.
À nous seules.

On ne peut pas le prêter.
On ne peut pas le donner.

Pas comme l’argent, par exemple.
Nous pouvons prêter ou donner de l’argent. Et quand c’est fait, il n’est plus à nous.
Nous ne pouvons plus l’utiliser, temporairement ou pour toujours.
Nous ne faisons plus partie de l’expérience de cette somme d’argent.

Mais le temps ???

Quand vous vous consacrez à quelqu’un ou quelque chose, vous ne vous éclipsez pas.

Vous faites partie de cette expérience temporelle. 

Vous en êtes part entière.

C’est impossible de s’extraire de ce temps.

Ce temps est bien le vôtre.

Même quand vous le partagez.
Il ne diminue pas de moitié parce que vous êtes deux.
Vous non plus, vous ne diminuez pas de moitié.

Alors y a-t-il un avantage à tirer de la pensée qu’il nous faut du temps pour nous ?

Ça vaut le coup de s’interroger. 

Pourquoi le temps que vous consacrez à vos enfants n’est pas POUR VOUS ?
Pourquoi le temps que vous partagez avec votre conjoint n’est pas À VOUS ?
S’il n’est pas pour vous, est-il « contre » vous ?
S’il n’est pas à vous, à qui est-il ?
À cause de qui ?
À cause de quoi ?

Qui choisit où et comment vous utilisez votre temps ?
Qui choisit à quoi vous accordez votre attention dans chaque segment de votre vie ?

Comment est-ce que le temps que vous passez à votre travail est à vous ?
Comment le temps que vous choisissez de passer à couper les légumes, donner des bains, appeler votre mère, faire votre déclaration d’impôt est à vous ?

Si tout votre temps était À vous et POUR vous, auriez-vous encore besoin de « temps pour vous » ?

Catégories : RéflexionTemps

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *