Hier, j’étais très en colère. Comme je ne l’ai pas été depuis longtemps.
Quelqu’un a fait quelque chose qui m’a vraiment mise en colère.

Rectification : JE me suis moi-même mise en colère en créant TOUTE SEULE une spirale de PENSÉES à propos de ce que quelqu’un avait fait.
Et que je suis heureuse, aujourd’hui, de constater que ma relation à ma colère est transformée.
Je n’ai pas besoin d’y résister.
Je n’ai pas besoin de la réprimer.
Je n’ai pas besoin d’y réagir.
J’ai appris à gérer ma colère.
Je n’en suis plus victime.

Je prends la responsabilité totale de ma colère. Et de mon épuisement après un jour passé à surfer sur la vague de cette émotion intense.

Le nirvana émotionnel, ce paradis imaginaire dans lequel nous ne ressentirions que des émotions positives, n’existe pas. Avec 60000 pensées par jour, mon cerveau humain peut à tout instant créer n’importe quelle émotion.

Et ce n’est pas parce qu’on est coach qu’on y échappe. (Dommage… !)

Par contre, à force de travailler SUR SOI et d’accompagner d’autres dans leur transformation, je sais que c’est ce que je fais DE ma colère qui change tout.

Avant, j’aurais :
– réagi à la situation, fait des reproches, voulu m’expliquer, je me serais énervée encore plus, j’aurais créé un conflit pour que « quelqu’un paie » et entraîné tout le monde dans ma spirale négative.

Hier, j’ai fait autrement :

– j’ai accepté la responsabilité de mon émotion = je savais que je la créais avec mes pensées, mais je n’arrivais pas à les changer assez pour me sentir mieux,
– j’ai accueilli le ressenti physique de la colère, qui revenait par vague et me donnait envie de hurler ou de vomir. Très désagréable.
– je n’ai pas ouvert la bouche par peur de ne pas contrôler ce qui en sortirait et de dire tout ce que je pense et probablement davantage,
– je n’ai pas cherché à résoudre le « problème » et je suis aller me coucher tôt pour pouvoir repartir d’un point neutre après le break du sommeil,
– ce matin, j’ai décidé de me tourner vers le futur = ce sur quoi j’ai un impact (jamais le passé) et je sais ce que je veux penser, ressentir et faire si ou quand une situation similaire se produit.

– j’ai passé une très bonne journée.


Si ça vous arrive aussi d’avoir le sentiment que les autres sont aux commandes de vos émotions… partagez en commentaire ou contactez-moi !

Catégories : Réflexion

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *